Du Chlore dans l’eau du robinet : notre santé en danger !

Article rédigé par Élodie Carceller de Flore et santé

Pourquoi l’eau de distribution contient-elle du chlore ?

Puissant désinfectant, molécule très oxydante, le chlore est employé pour éradiquer les virus, les bactéries et autres parasites de l’eau de distribution. C’est là son seul point fort. Même à des doses infimes le procédé appelé « chloration« , utilisé pour le traitement de l’eau potable, comporte des risques. Dans cet article, découvrez combien le danger du chlore dans l’eau de consommation est réel pour la santé des consommateurs.

C’est au 19ème siècle que le chlore a commencé à être utilisé comme désinfectant majeur pour le traitement de l’eau potable. Facile d’utilisation, économique (et surtout très rentable), la chloration de l’eau potable a été unanimement adoptée par les usines de traitement d’eaux et d’eaux usées. Aujourd’hui ce sont 80% des eaux de distribution qui sont traitées par le chlore. Utilisé sur l’ensemble des réseaux sous la forme d’eau de javel ou de chlore gazeux, le chlore est ajouté en sortie de station de traitement pour prévenir toute contamination au cours de son trajet.

Taux de chlore dans l’eau potable : que dit la réglementation ?

Pour garantir une « eau saine » aux consommateurs et aux populations les plus vulnérables ou sensibles (telles que les personnes âgés, les femmes enceintes et les enfants), les pouvoirs publics font le vœu pieux d’une teneur en « chlore libre résiduel » limitée à 0,1 mg/litre. Ce taux équivaut à une goutte de chlore pour le contenu d’environ 5 baignoires (1 000 litres). Certes, cette norme pour le chlore dans l’eau de boisson est très bas. Sachez pourtant que même à ce taux très faible, l’eau chlorée suffit pour mettre en danger notre santé.

Trop de chlore dans l’eau du robinet : dans quels cas les taux sont majorés ?

Après les attentats du 11 septembre, compte tenu du risque terroriste et de la vulnérabilité des systèmes d’alimentation en eaux, le Ministère de la Santé a décidé de tripler le taux de chlore dans les réseaux d’eau en France.

Plus récemment, face à l’épidémie de coronavirus, les agences régionales de santé ont demandé d’augmenter le taux de chlore dans l’eau de consommation (faisant suite aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé). Les gestionnaires de l’approvisionnement en eau potable ont été nombreux à répondre à l’appel, élevant le taux de chlore de 0,3 mg/l et 0,5 mg/l en sortie de station de traitement. Ces mesures pour l’eau potable sont censées veiller à notre sécurité sanitaire mais quelles sont leur impact sur notre santé sur le long terme ?

Goût d’eau de javel dans l’eau du robinet : le signe qui doit vous alerter.

Premier point négatif facilement identifiable : le chlore affecte le goût de l’eau et crée une amertume très désagréable lorsqu’on la consomme. Du fait de l’odeur de javel qui se dégage de l’eau du robinet, beaucoup renoncent à utiliser l’eau potable pour la préparation du thé, du café ou des repas.

L’odeur persistante d’eau de javel qui se dégage à la sortie du robinet n’est pourtant pas le seul problème. Lors du processus de chloration, le chlore se lie aux matières organiques présentes dans l’eau afin de les éliminer. De cette réaction chimique naissent les dérivés du chlore appelés également « les sous-produits de chloration« . Néfastes, ces dérivés sont une véritable bombe à retardement pour la santé humaine.

Des sous-produits de chloration cancérigènes

Lorsque le chlore se mêle à des matières organiques, il forme des sous-produits qui restent dans l’eau. Ces sous-produits chlorés (SPC) sont cancérigènes. Leurs effets sur l’organisme évoluent à bas bruit et posent un vrai problème de santé publique. Les sous-produits chlorés le plus souvent rencontrés dans l’eau potable sont les trihalométhanes (THM) et notamment le chloroforme.

Les risques du chlore pour la santé : des dangers bien réels

Depuis la découverte du chloroforme dans l’eau potable chlorée, de nombreuses études épidémiologiques et recherches en laboratoires ont été menées. Réalisées dans le monde entier, ces études scientifiques n’ont de cesse de démontrer les effets délétères des dérivés du chlore (THM) pour la santé.

D’après l’US Council of Environnemental Quality : « Le taux de cancer des personnes buvant de l’eau chlorée est 93% plus élevé que chez ceux buvant une eau sans chlore ».

Chloration de l’eau et cancer de la vessie

En 2017, Santé publique France publie deux rapports étudiant le lien entre les trihalométhanes (THM) et les cancers de la vessie en France. Le premier rapport évalue quantitativement l’impact sanitaire permettant d’établir la part attribuable des cancers de la vessie aux sous-produits de la chloration de l’eau (1). Le second rapport concerne une étude écologique croisant des données des registres des cancers et les données d’exposition aux THM (2). La conclusion nous laisse sans voix : « ces résultats sont cohérents avec les données de la littérature qui documente une association entre la concentration de THM dans les eaux destinées à la consommation, et le risque de cancer de la vessie ».

Au Canada, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) va même plus loin et « classe certains sous-produits de chloration parmi les causes possibles de cancer, en particulier le cancer de la vessie ». Le gouvernement canadien alerte même la population sur une étude récente ayant montré un risque accru de cancer de la vessie (et peut-être du côlon) chez les personnes qui ont bu de l’eau chlorée pendant 35 ans ou plus (3).

Eau chlorée et cancer du rectum

Une étude menée dans l’Iowa (USA) en 1986 et en 1989 avec des données sur des patients atteints de cancer intestinal et du rectum, montre qu’il existe un risque élevé de cancer du rectum après une longue exposition à l’eau potable chlorée ou au trihalométhanes.

Eau chlorée et risque de fausses couches

En 1982 des chercheurs anglais (4), puis norvégiens en 2002 (5) ont examiné la relation entre les fausses couches et la présence de sous-produits de la désinfection de l’eau destinée à la consommation. Les conclusion des deux études associent les défauts de naissance à l’exposition aux sous-produits de la chloration durant la grossesse.

Maux de ventre, douleur d’estomac : et si c’était l’eau du robinet ?

Le chlore ayant pour but le traitement de l’eau de manière rapide et à faible coût est une véritable bombe à retardement. En plus de de ses effets cancérigènes sur le long terme, la molécule déséquilibre notre flore intestinale indispensable à une bonne digestion et à la production de certaines vitamines. Éliminer le chlore de l’eau est une mesure de préservation de la santé surtout dans les usages alimentaires où cette eau va pénétrer toutes nos cellules : eau de boisson, café, infusions, eau intégrée dans des plats comme les potages, sorbets, riz, etc.Pour purifier l’eau sachez qu’il existe des solutions tout aussi efficaces et sans danger pour votre santé et celle de votre famille.
Liens de l'article

Cette article a un but purement informatif.

Élodie Carceller n’endosse aucune responsabilité concernant votre utilisation des informations mises à votre disposition.

Les informations ne sont pas destinés à diagnostiquer, guérir, traiter ou prévenir la maladie chez l’homme ou l’animal.

Consulter l’avis d’un médecin en cas de problème de santé.

Cette article pourrait vous intéresser
mains qui récoltent de l'eau

Top 6 des techniques de filtration de l’eau

Faites-vous confiance à la qualité de votre eau du robinet ?

Ou bien pensez-vous que sa qualité est insuffisante et qu’il est nécessaire de la filtrer à domicile ?

Essentielle au bon fonctionnement de notre corps et de notre cerveau, l’eau est indispensable à la vie. Une eau de qualité est essentielle à la santé, et de nombreux scandales jettent le voile du doute sur la qualité réelle de l’eau du robinet.

Lire la suite »